samedi 2 mai 2020

Moulages

Continuons sur mes réalisations de... l'année dernière !

Nous avons réalisé des "moules éclatés" à partir d'objets que nous avions chez nous. Quand Laura nous a donné les indications pour ce travail, il a donc fallu partir à la recherche d'objet qui pourrait être intéressants pour la composition de moules...
Après avoir chercher quelques temps dans mon intérieur, j'ai fini par trouver un vieux flacon de parfum 'Brut' et des petites mignonnettes de vin d'Anjou.

Il s'agissait de cela :



Première étape : réaliser les moules.
Comme il s'agit de moule éclaté, le moulage est réalisé d'un seul tenant et sera séparé par la suite. Tout d'abord, je positionne chacune des pièces sur de la terre pour pouvoir fixer la pièce dessus avant de faire couler le plâtre. Pour les parois du moule, nous avons utilisé de vieux "trucs" rigides qui ont permis de faire des parois avant de couler du plâtre de coulage. Bien, sûr, il ne faut pas oublier de remettre de la terre aux différentes jonctions pour éviter des fuites.


Une fois le coulage effectué... il faut attendre que le plâtre prenne, il faut donc être patient !

Deuxième étape : le démoulage.
Quand le plâtre est pris, reste l'opération délicate de démoulage. Comme l'opération précédente a été réalisée d'un seul tenant, la pièce qui a servi au moule est prisonnière du plâtre, en somme "confinée" :-). C'est la phase bricolage: le démoulage s'effectue à coup de scie pour casser en deux le moule en ayant préalablement marqué au feutre la coupe. Cette marque est importante. Je l'avais faite préférablement dans la terre avant le coulage du plâtre et je l'avais reporté minutieusement sur le plâtre, après avoir enlevé la terre et les différents supports. Cela me permet de m'assurer que la coupe ne va pas tomber au milieu d'un relief intéressant à conserver en intégralité.
Parce que ces moules sont sciés, ils sont dits éclatés.





Troisième et dernière étape : le moulage !
Dans cette étape, il s'agit d'abord de remettre les morceaux de plâtre ensemble et de les fixer avec du scotch. Le scotch permet non seulement de fixer les 2 parties du moule éclaté, mais aussi de faire office de "joint d’étanchéité" avant d'y couler le la porcelaine.
La photo ci-dessous était pour réaliser un autre moulage à partir de plusieurs moules, mais c'est pour vous donner une idée de la chose :


Et hop! Voici les première "épreuves" réaliser à partir des 2 objets présentés plus haut.


Et voici d'autres images :





De quoi mettre de joli brin de muguet, par exemple.

Pour finir, tous ces moules et d'autres récupérés par Laura nous ont permis de réaliser ces moulages lors de l'exposition de fin d'année à l'école d'art Claude Monet. C'était bien rigolo de faire ces montage de moules hétéroclites !



Faire des moules, finalement, c'est assez rigolo !
J'en ai même profité pour faire une tasse à café avec un moule réalisé à l'atelier par ma prof, Laura.
Elle est restée au travail, elle me manque aussi un peu...



Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 16 avril 2020

Marbrures avec effet "kiss cool"

Reprendre le fil e mon blog n'est pas chose aussi aisée que ce que j'avais pu penser... 
En effet, le dernier article où je parlais d'une de mes réalisation date de ... juin 2019 😀
Il a donc fallu que je regarde dans mes photos où j'en étais !

Donc, voici un premiers article avec des réalisations qui doivent date de... l'année dernière !

Ces réalisations ont été effectuées à partir d'un mélange de terre. J'en avais fait il y a un moment, mais je ne sais plus trop pourquoi, j'ai eu envie d'en refaire. Donc, hop, un petit travail façon "pâte feuilletée" (sachant que je n'en ai jamais faite !) puis, j'ai fait 2 petits godets à la plaque.
Puis, pour que cela soit plus propre, j'ai tournassé cela au tour.
Avant la cuisson cela donnait cela :


Après le premier feu, j'ai mis une couverte, c'est à dire un émail transparent, pour bien faire ressortir les marbrures...
Et là... surprise... En effet, je ne savais pas que l'une des deux terres que j'ai utilisée réagi avec la couverte et provoque... des bulles !
L'effet est tout à fait étonnant ! On dirait des pustules qui ont poussées sur l'objet. Par contre, c'est très fragile et donc coupant, j'ai donc tout meulé le plus soigneusement possible pour que cela ne soit plus dangereux et que cela reste utilisable.

Et donc, voici la petite paire de mini-vase ou de tasse ristretto, au choix 😏

Ci-dessous, à gauche le petit vase... à droite le vase à peine plus grand.




Voici la paire réunie :

La photo ci-dessous permet de voir un détail sur le petit vase, qui a eu moins de bulle et qui est donc un peu plus joli : on voit bien la jonction, et qui "prouve" que le travail a été réalisé à la plaque et non au tour.


Et pour terminer, un dernière photo pour remettre un peu de poésie dans cette période un peu morose, le muguet est en avance !





Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 3 avril 2020

Emotions bleues

C'est vendredi. C'est un billet en noir et blanc sans lien, c'est volontaire.

Les jours s'écoulent mais ne se ressemblent pas forcément. Cela fluctue parfois en fonction de mon moral. Et aujourd'hui, mon moral n'est pas au beau fixe. Il est plutôt gris comme la météo du jour. Le boulot en télétravail pourra bien attendre un peu aujourd'hui. Ça fait déjà quelques jours que j'ai du mal à travailler vraiment. A quoi ça sert vraiment? Je ne fais pas un travail vital et nécessaire. Bon, ça m'aide à gagner des pépètes, ok. Je sais aussi qu'en disant ça je risque de m'attirer les foudres de ceux qui risquent de perdre leur boulot. Vous m'excuserez, je sais, j'ai sans doute des réactions de fille capricieuse peut-être parfois... mais je suis aussi humaine comme tout le monde avec mes failles. Et aujourd'hui, bah j'écris ici, parce que c'est plus important pour moi aujourd’hui que mon boulot, n'en déplaise.

Dans quelques temps je serai en vacances, peut-être que ça me permettra d'avoir une vraie pause pour réfléchir un peu plus posément... je n'ose dire sereinement à la situation historique que nous sommes en train de vivre.
J'avoue... j'angoisse parfois sur le jour d'après. Sur les rêves que je pensais réaliser et que j'ai peur de ne pas pouvoir réaliser. Sur l'avenir de mes enfants suite à tout cela : est-ce que le monde va changer? Au delà de la crise économique qui s'en suivra, car il y en aura une, que se passera-t-il? J'ai parfois l'impression que rien ne changera, qu'on aura hâte de retrouver son confort d'avant, et c'est sans doute humain, mais je ne suis pas sûre que ce soit une bonne chose.
Et de voir ces chênes centenaires coupés en face de chez moi n'arrange pas mon moral : j'ai l'impression que le problème sr cette terre, c'est quand même nous.
Mon plus jeune me demandait naïvement ce qui était le plus grave entre l'épidémie que nous vivons ou les incendies en Australie il y a quelques mois... Je ne savais pas répondre. Ma moitié a répondu du tac ou tac que c'était l'incendie qui avait ravagé plusieurs espèces en même temps, alors que l'épidémie ne touche que les humains. C'est pas faux, non? Et là, j'ai revue Leeloo qui se demande pourquoi sauver le monde, vous voyez ?
J'aimerai que le temps que nous pourrions avoir puisse être recentrer sur des choses essentielles, mais, même moi, j'ai dû mal à croire que ça puisse se faire. Le monde va reprendre sa course à la croissance et aux projets démesurés dénués de sens. Je suis plutôt pessimiste.
Le monde reprendra sa course, les pays occidentaux reprendront leur activité, les guerres continuent et continueront en silence, les énergies fossiles risquent aussi de reprendre de plus belle, car elles permettront parfois de "sauver l'économie". La tête dans le guidon, comme souvent, avec des politiques qui ne prendront jamais leur responsabilité, mais qui conserveront leurs avantages et leurs retraites.Et certains oublieront peut-être bien vite le sacrifice de beaucoup qui continuent à travailler pour nous autres.


Donnez-moi quelques lueurs d'espoir d'un monde meilleur...
Sinon, je vais me noyer dans le rhum que je trouverai, les chocolats noirs, le miel et la crème de marron (mais sans doute pas dans le travail 😑 )

Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 31 mars 2020

Confinée

Cela fait plusieurs jours que je me dis qu'il faudrait que je pose ici quelques mots. J'avoue avoir envie de les poser autant pour les partager... Que pour moi...
Mais bizarrement, j'ai reculé ce moment avant de cueillir ces mots en espérant les choisir avec soin... Peut-être que le fait de revoir beaucoup de blogs que j'aimais lire (ou aime lire! - certains n'ont jamais arrêté d'écrire) m'a poussé dans cet élan qui tenait plus à un recul qu'autre chose. J'ai dû mal à croire à la réalité de ce que nous vivons. Il me fallait sans doute un peu de temps avant d'écrire.

Alors voilà, j'ai envie de raconter... Et comme je suis une papoteuse et que j'ai tardé à écrire... Pas sûre que vous lirez jusqu'au bout.

Déjà je me souviens de mes vacances de février... Douces vacances à la montagne devant un paysage si cher à mon cœur. On commençait à parler du covid-19 avec les cas annoncés aux Contamines-Montjoie. Avec le recul, je peux vous dire que je me trouve un peu débile, car je pensais encore à un "petit virus". Je n'aurais pas imaginé à une situation de confinement environ un mois plus tard.
Comme je prends plus souvent mon vélo ou ma voiture pour aller à mon boulot, lorsque je pris les transport en commun le 12 mars, j'ai senti cette psychose s'emparer de beaucoup de gens avec masque, voire avec des gants, avec écharpes remontées jusqu'aux bords des yeux et regards en coin de ceux ou celles qui tendent l'oreille au moindre toussotements. J'avoue avoir été un peu étonnée. Je ne comprenais pas. Je pense que je ne pouvais pas comprendre.
Pour moi, la vie était encore "normale" et je passais ainsi ma dernière soirée le 12 mars, le fameux jour où on nous annonçait la fermeture des écoles.
Je crois que j'ai commencé à réaliser le lendemain et les jours qui ont suivi.

J'ai beaucoup de chance, car je télé-travaille et nous vivons le confinement plutôt bien, mais il tend à me faire réfléchir.
La première semaine a été un peu difficile pour moi : j'ai pris peur, j'ai pris conscience que ce n'était pas une simple "grippette". J'ai pris conscience que certains allaient morflé beaucoup plus que d'autres, que certains essaieront aussi d'en profiter. J'ai pris conscience que ça allait durer.

Maintenant, je peux vous dire que j'ai passé ce cap. Une certaine routine s'est installée. Le calme dehors se ressent et on peut y trouver un certain réconfort... (sauf quand on entend des tronçonneuses débité des chênes centenaires censés être protégés...) J'ai aussi mis en sourdine les infos.

Alors comment j'occupe mes journées?
Télétravail d'abord en semaine en pointillé pour s'occuper un peu des enfants... ou en pointillé tout court... Ce n'est pas toujours simple à gérer : prendre un rythme, imprimer les devoirs pour le plus jeune, intervenir parfois en cas de disputes entre eux, les laisser faire de l'écran, parce que ce n'est pas toujours possible d'être partout.
Avec les collègues, on s'octroie de temps en temps des cafés "Teams" ça permet de garder un certain contact, de rigoler aussi un peu, même si parfois le rire fait place à une certaine tristesse quand on apprend un décès dans la boite...
En fin de journée on sort dans le jardin avec les enfants, on prend l'air. Je regarde les petites plantes pousser, en essayant qu'elles ne soient pas dégommer par un ballon. Après les jonquilles et les jacinthes, on voit fleurir les muscaris, les pivoines et les anémones. En attendant de voir les feuilles des arbres s'ouvrir et se verdir.
Et les enfnats me rapprennet à jouer à des "dauphin, dauphines" avec un ballon, ça permet à tout le monde de se défouler un peu
C'est ma semaine... et j'ai tout à fait conscience d'avoir beaucoup de chance.


 
 


Le week end, nous continuons à aller un peu au jardin tant que le temps nous le permets.
Evidemment, je passe un peu plus de coup de téléphone qu'à l'accoutumée : je vérifie que ma Maman et mes grands-parents vont bien, ma sœur m'envoie des photos de son nouveau colocataire (un chat noir 😄 ) et mon frère à l'autre bout du monde a l'air d'aller bien. Je reprends aussi un peu contact avec des personnes avec qui le lien s'était un peu évanoui.

Bon, évidemment, je repousse encore les tâches de rangements, qui seraient sans doute bien nécessaires... ça viendra sûrement, mais là, je n'ai pas (encore) envie.

Pour l'instant, j'ai ressorti quelques activités que j'avais mis de côté il y a de cela environ un an :

Un petit chat roux. Il lui manque encore quelques moustaches :-)


J'ai bien sûr plein d'autres choses que je pourrais faire et qui me permettraient de repousser les tâches de rangements 😊 ... comme, par exemple, des articles ici sur les créations que j'ai pu faire sans jamais vous les expliquer ici (le souci, c'est que je n'ai plus d'objectif photo sur mon reflex depuis cet été, donc, va falloir que je vois si je peux faire des photos qui répondent à mon exigence 😊 )


Rendez-vous sur Hellocoton !