vendredi 25 février 2022

Gros Hamburger

Il y a déjà un bon moment, j'ai réalisé plusieurs hamburgers (en céramique, pour les Hamburgers maison, je délègue ça à un de mes enfants 😉).

Je vous en avais parlé il y a déja longtemps, en décembre 2020 où j'avais pu vous détailler la fabrication des Hamburgers prototypes.

Il s'agissait de 3 boîtes plus petites que la grosse que je vous présente aujourd'hui et qui m'ont permis de définir quels engobes j'allais choisir mais qui m'ont aussi permis de mieux comprendre que les engobes pouvaient permettre d'ajouter du relief. En effet, comme l'engobe est de la terre colorée on peut jouer sur son épaisseur pour ajouter de la texture et pas seulement de la couleur.

Pour la grosse boîte hamburgers, après bien des hésitations, j'ai plutôt opté pour des couleurs s'approchant de la couleur 'normale' du 🍔. Je me suis particulièrement appliquée pour réaliser les grains de sésames pour qu'ils ressortent bien.

Une fois ces engobes posés et la première cuisson passée, j'ai appliqué une couverte (un émail transparent). Le petit souci, c'est que l'émail était censé être un émail brillant, et au final, il est ressorti plus mat. C'est parfois un des inconvénients des ateliers municipaux ou partagés... Il y a parfois des "surprises". De ce fait, le hamburger n'est pas brillant. Le résultat est donc différent de celui espéré, mais je l'aime bien... Il a un côté plus pastel qui est intéressant...

Voici quelques photos prises il y a déjà un moment et que vous pouvez également retrouver sur mon compte Instagram amy_papote.
Parmi certaines de mes dernières créations, je crois que je pourrais refaire avec plaisir ces petites boîtes...











mercredi 2 février 2022

Esprit créatif, où es-tu?

Depuis le début d'année (scolaire), la reprise à l'école d'art se fait tambour battant ou presque. Les pistes de réflexions de Solène, notre prof, ne cessent de faire cogiter mes petites cellules grises. De ce fait, je crois qu'il n'y a pas un seul jour où je ne pense pas terre, céramique, projets, créations...
C'est bien agréable de sentir que plein d'idées surgissent. Certaines mettront du temps à se concrétiser, d'autres seront peut-être impossibles à réaliser et d'autres ne me donneront peut-être plus envie de les réaliser. 

Evidemment, ça n'a pas toujours été le cas. Après avoir écouté le "Café poterie" animé par Sarah Cambot le 25 janvier dernier sur le processus créatif, j'y ai pas mal réfléchi. Ce qui a été partagé par Steffie Brocoli et Baptiste Beaulieu était très intéressant d'autant qu'ils ne sont pas céramistes de métier. Le processus créatif peut s'appliquer à bien des domaines!



Alors je me suis demandée ce qui pouvait, pour moi, déclencher ce processus et l'alimenter.
Je crois qu'en premier lieu, c'est ma curiosité qui éveille mon esprit créatif mais aussi le goût de l'observation... sans compter celui de l'expérimentation (et les pistes proposées par Solène ou par Laura auparavant m'ont aussi donné cette envie d'expérimenter).
Enfin, je pense que je fait de ne pas avoir eu de formation aux arts céramiques participe à mes idées qui sont parfois au-delà du réalisable... ou bien qui me font dire une fois lancée : "mais dans quoi je me suis embarquée !"

Par exemple, ces derniers temps, j'ai envie d'intégrer du verre dans mes créations. Je sais que le verre a plusieurs propriétés intéressantes : la translucidité, le fait qu'il fonde en cuisson en devenant visqueux et enfin le tressaillage c'est à l'aspect craquelé en fin de cuisson, car contraint par la rétraction de la terre. Ces 3 aspects offrent déjà de jolis champs des possibles au bémol près que je ne sais pas vraiment quelle viscosité a le verre lorsqu'il chauffe: est-ce visqueux comme du miel ou bien plus liquide que ça (ou moins) ?
Bref, je me dis : "essayons!" Parfois, c'est des bonnes surprises, et au pire, j'aurai appris quelque chose. La curiosité me guide.

Puis l'observation, et plus particulièrement celle de la nature, axée préférentiellement sur la flore et le minéral. Je reste toujours une enfant quand j'observe une graine germée et faire ses premières feuilles ou quand je touche l'écorce d'un arbre vieux de plus de cent ans. J'ai parfois envie qu'il me raconte son histoire et ce qu'il a vu passer...

J'oubliais deux autres points importants. Quand j'ai envie d'offrir une création a un proche ou quand celui-ci me met au défi de faire une réalisation (oui, c'est arrivé! :-) ), là aussi, mes petites cellules grises sont en ébullition pour trouver une création qui fasse plaisir et qui correspondent vraiment à la personne à qui je vais l'offrir. Comme le vinaigrier, par exemple...
Cela m'amène à un point qui me semble essentiel et qui n'a pas été évoqué dans le live:  c'est que je pratique la céramique en tant que loisir. De ce fait, je n'ai aucune contrainte de production comme peuvent très certainement en avoir les potiers dont c'est le métier principal.

Depuis un moment, notamment quand mon moral n'est pas au beau fixe, il m'arrive parfois de rêver à une reconversion. Mais je suis de nature prudente. Ce live et d'autres témoignages de potiers-céramistes me rappellent parfois la chance que j'ai de pouvoir pratiquer la céramique en tant que "passion-hobbie" et donc sans contraintes de production et de nécessité de gagner sa vie avec.
C'est une différence notable qui doit certainement jouer sur le processus créatif, me semble-t-il. Peut-être que je me trompe... En tout cas, aujourd'hui, je vis toujours avec plaisir et joies mes heures de création en céramique que je trouve toujours trop courtes !

mercredi 19 janvier 2022

Sumo

Avant de reprendre mon clavier et vous reparler de créations, je profite de cet article qui est encore écrit en janvier pour vous souhaiter une belle année, ou tout du moins, aussi belle que possible...

Ne vous méprenez pas, je ne prends pas la résolution de publier plus régulièrement... car je sais qu'en général, la seule résolution que je sais tenir est celle de ne pas en prendre :-D


La création que je vous présente a été faite aux alentours de l'année dernière, chez moi et non à l'atelier où je pratique... et pour cause, l'atelier était fermé pour la raison que tu devines sans peine (c'est comme le méchant dans Harry Potter, je n'ose pas prononcé son nom!)
Bref, l'année dernière, le thème était le sport, et Laura nous avait proposé de faire des bustes de sportifs. Elle nous avait fait une petite démonstration de buste de danseuse, mais forcément, je n'ai pas pu m'empêcher de me creuser les méninges pour trouver une idée de buste qui sorte un peu du classique danseuse ou gymnaste aux abdos un peu trop parfaits.
Bref, j'ai finalement pensé à faire un buste de sumo. Comme je ne savais pas trop dans quoi je me lançais, j'ai commencé à chercher des images pour avoir une idées des proportions et des volumes.
Cependant, il n'est pas toujours évident de se représenter une figurine dans l'espace quand on a un modèle en 2D... mais j'avais réussi à trouver une photo d'une sculpture prise de différents angles.
Je me suis inspirée d'une des créations de Alexandra Gestin, et notamment d'une de ses figurines de sumo.

Je peux vous dire que faire ce buste n'a pas été facile! Les proportions ne sont pas usuelles, et il faut pouvoir donner le rendu de cette chair sur le corps...
Bref, au départ, mon sumo avait plus des allures de femmes enceintes que de sumo !
Jugez par vous-même :



Honnêtement, rien ne me convenait ! Je ne sais plus combien de fois j'ai effectué des opérations drastiques : enlever la tête, changer sa position, épaissir les bras, enlever la poitrine, ajouter des cuisses...
Bref, j'en ai passé des soirées à observer, faire, défaire, observer, refaire...

Puis, je suis arrivée à ce résultat qui me satisfaisait. J'ai pris soin de marquer une différence de texture au niveau du mawashi (le vêtement du sumo) et de texturer au mieux les cheveux.
Bien évidemment, le corps est creux pour éviter des explosions à la cuisson.




Ensuite, il a séché tranquillement avant la première cuisson. Reste la fameuse question du choix des émaux! La terre que j'ai utilisée pour cette réalisation a naturellement une couleur beige assez forte.
Je voulais aussi garder voire accentuer le contraste de matière.

J'ai donc ajouté un oxyde de manganèse au niveau des cheveux pour qu'ils noircissent, et ajouté un jus d'oxyde de fer rouge sur le corps, pour apporter des nuances sur le corps. Pour finir, j'ai ajouté un bel émail satiné sur le vêtement restant dans des tons en harmonie avec le reste.
Evidemment, il faut toujours faire une petite prière au dieu des fours avant la deuxième cuisson... :-D

A la sortie du four, j'étais vraiment contente du résultat !
Le voici !