mercredi 13 février 2019

Photophore immeuble

En début d'année, Laura nous a proposé de faire une réalisation en utilisant la technique de la plaque.
Cette technique consiste à créer des objets à partir de plaques de terres.
Nous avons la chance d'avoir à l'école d'art une croûteuse qui permet d'obtenir assez facilement des plaques de terre avec une épaisseur régulière.

J'ai eu très rapidement une idée de réalisation avec ces plaques : un photophore immeuble.
Avant de monter mon photophore, j'ai fait un petit travail préalable pour positionner les fenêtres et pour trouver différents objets pour donner de la fantaisie et une certaine dynamique à ce photophore. Hors de question pour moi de ne faire simplement que des fenêtres rectangulaires et identiques sur ce photophore!
J'ai donc fait des fenêtres grandes ouvertes pour laisser passer la lumière, des plus petites pour rappeler des fenêtres à carreaux ou des briques de verres. Mais j'ai aussi réalisé des petits volets parfois complètement baissés et parfois juste en partie. Pour les volets, j'ai utilisé la partie en accordéon d'une paille : c'était top. J'ai aussi fait des impressions de rideaux en utilisant un bout de filet à pommes de terre.
Et je n'ai pas oublié de mettre une porte... Et même deux portes.



Petit test d'éclairage...



Une fois le travail de perçage fini, il a fallu que je découpe la base du photophore pour faciliter l'usage de ce dernier notamment pour y mettre une bougie...
Je suis assez fière de mon découpage net et qui permet un bon emboîtement des deux parties:


Voici le photophore sortant de la première cuisson.

Reste après l'épineuse questions du choix d'émail... 
J'ai choisi un émail faïence "Bleu de Sèvres". Je voulais un émail foncé pour pouvoir faire ressortir la lumière. Par contre, je voulais également que les effets de texture soient mis en valeur. C'est pourquoi, avant de mettre l'émail, j'ai décidé d'utiliser un oxyde de cobalt dont j'ai soigné la pose en enlevant le surplus afin qu'il reste principalement dans les rainures et textures en creux.
Voilà ce que cela donnait :


Puis, j'ai appliqué l'émail bleu de Sèvres au pistolet pour garantir une couverte la plus homogène possible.
Là encore, on voit la magie des émaux : mauve à la dépose, et une fois sortie du four émail...


... l'émail ressort bleu ! C'est toujours magique pour moi !


L'ayant récupéré juste avant les fêtes de fin d'année, nous avons bien pu en profiter, c'était chouette!



Et pour finir, quelques autres photos...








Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 6 février 2019

Mini pichet mimi

Plusieurs personnes de mon cours souhaitaient expérimenter la création d'objet au tour. Laura m'a demandé de faire une démonstration... J'avoue que j'étais touchée de cette demande...

J'ai donc fait une démo de tournage devant un petit public bien concentré sur les gestes que je faisais... Un peu de pression...
Bref, j'ai montré comment centrer la terre (en l’occurrence du grès), comment faire une forme cylindrique, une forme évasée. Mais ces différentes manipulations sont parfois un peu longues pour la terre qui absorbe beaucoup d'eau. Il a donc fallu que j'enlève de la terre, et j'ai fini ma démonstration en resserrant les bords de la pièce.

Et j'obtins donc un tout petit pichet.
Et je l'aime beaucoup !
Je lui ai ajouté un peu après une anse et j'ai travaillé le bas du pichet pour apporter une joli texture.
J'ai trouvé un bel émail permettant de mettre en valeur l'effet texturé.
Et hop! Un objet assez simple mais que je trouve vraiment joli.
Voici les photos avec les différentes étapes (ou presque)

Une fois l'anse posée
Une fois cuite
Une fois émaillée avant la dernière cuisson
Une fois finie !

J'ai fait (évidemment!) d'autres photos :





Je vous mets un nuage de lait avec cela ? 😃



Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 30 janvier 2019

Tasse expresso

Je ne pouvais pas rester sans faire du tour trop longtemps, vous pensez bien ! ça devient presqu'une obsession (quoique... j'en ai une autre sur les moules pour fabriquer des fèves, mais je vous en parlerai plus tard)

J'ai donc réalisé une petite tasse pour café (en grès). Mais, j'avais en tête d'expérimenter quelque chose...
Une fois ma tasse tournée, je voulais la déformer pour que la terre garde l'empreinte de ma main tenant cette tasse.
L'expérience était intéressante quoique cela ne s'est pas passé comme je l'imaginais. J'ai pris la tasse délicatement dans ma main gauche en imaginant (naïvement?) que du fait de la mollesse de la terre fraîchement tournée, la pièce allait prendre rapidement la forme que je lui imposais.
Que nenni !
Déjà, la terre est un peu collante, donc, en enlevant ma main, elle adhérait un peu à ma main. Ensuite, je pense que la terre tournée garde une certaine forme de tension qui fait qu'elle conserve assez bien des lignes curvilignes. Certes, une fois touchée, la pièce se déforme un peu, mais pas autant que ce que j'aurai pu imaginé. Peut-être que (si j'ose) je referai une tentative sur une pièce ayant déjà un peu séché.
Toujours est-il que je ne me suis pas laissée faire et j'ai accompagné doucement la terre en accentuant la déformation avec ma main droite en appuyant la terre contre ma main gauche qui la tenait (vous suivez?)




Après... j'ai émaillé cette pièce avec 2 émaux différents. Ne sachant pas me décider pour savoir lequel mettre à l'intérieur de ma pièce et l'autre à l'extérieur, j'ai préféré ne pas choisir...
La superposition des émaux est vraiment intéressante, et voici donc une chouette petite tasse à café... que je vais peut-être utiliser au boulot : au moins, elle est unique et personne ne me la piquera et cela m'évitera aussi d'utiliser un gobelet en plastique.

La voici :

il reste un petit point non émaillé. C'est la place du pouce. J'aime assez ce manque situé au niveau de l'empreinte du pouce :-)


En cuisant, la terre rétrécit un peu, mais la tasse reste plutôt agréable à saisir (de la main gauche :-) )


Rendez-vous sur Hellocoton !