mardi 31 juillet 2018

#SurMaRoute ou le musée gratuit et ouvert à tous et toutes

Depuis mi-mai je vais régulièrement au taf en vélo. Je vous en avais parlé ici.

La semaine dernière, j'y suis même allée 4 jours sur 5 ! et depuis, c'est vraiment un petit bonheur d'aller au travail en vélo! Il faut dire que ma route est belle : plate, et les trois quart le long du canal de l'Ourcq, donc, sans le stress de la cohabitation avec les voitures, et plutôt à l'écoute des petits bruits des oiseaux, du clapotis de l'eau...
Je ne mets finalement pas plus temps porte à porte qu'en transport, et je me sens mieux. On ne peut pas dire que je souffre trop sur mon parcours en transport en commun, mais on se sent quand même beaucoup plus libre et détendu.
Ma route, n'est pas juste synonyme de cadre vert... loin de là! Le canal reste juste un élément des villes qu'il traverse.
Mais il est devenu surtout pour moi le musée à ciel ouvert de graff divers est variés à qui sait observer. Le vélo c'est aussi ré-apprendre à lever le nez en dehors de son smartphone, et à respirer le monde autour de soi. Parce que ce musée à ciel ouvert est rempli de graff petits ou grands, beau ou moins beau selon l’œil qui le regarde et toujours en mouvement... ce qui me vaut parfois des "oh, il a disparu!" ou bien des "waouh, trop beau!"
Je crois que c'est ce que j'aime sur ma route : regarder pour voir s'il y a des graff que je n'avais pas encore vus, observer les nouveaux graff, vérifier que ceux que j'aime sont toujours là... et quand ils ne sont plus là et qu'ils sont remplacés par d'autres que j'aime parfois moins, espérer qu'un autre va le remplacer... et toujours garder l’œil vif et ouvert :-)
Bon, du coup, comme je me suis mise à Instagram il y a peu, j'ai distillé ici ou là toutes ces images capturées. Certaines ont déjà disparu... il faut être parfois rapide pour les mettre en boîte!






remplacé depuis par :













Et comme la radio de l'été est encore d'actualité... j'en profite pour ajouter cette zik... qui me trotte souvent en tête quand j'écris #SurMaRoute




Et puis, pour couronner le tout... J'ai adhéré à @ParisEnSelle parce que je trouve que c'est bien important d'intégrer le vélo parmi nos vies citadines !

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 21 juin 2018

Le rendez-vous tant attendu [MAJ]

Comme tous les ans, la radio des blogueurs fait sont retour et est attendue par plusieurs blogueurs assidus (ou presque)... Dont je fais partie. J'avoue y penser parfois plusieurs mois à l'avance, au détour d'une écoute musicale ou par un détour sinueux de mes connexions neuronales...

Cette année, la chanson que je vais mettre en avant est une chanson qui me tient à cœur, notamment de part ce qu'il se passe dans ma commune, à Aulnay-sous-Bois. Comme son nom l'indique, il y avait un bois (et sûrement des Aulnes). Mais la présence des arbres a tendance à se raréfier.
Heureusement, certains sont restés. Je pense à la place des Grands Chênes (ne cherchez pas sur une carte, c'est une place virtuelle connue par "the happy fews" du net :-) ) malgré la nouvelle construction et le sacrifice de 2 arbres, il en reste encore fiers et grands et forts. Je pense aussi à un autre endroit que j'aurai pu baptiser la propriété de Robinson Crusoé à cause de la cabane déglinguée qui s'y trouvait mais avec une petite forêt au fond de cette parcelle... Trois maisons ont poussé... et les arbres y sont toujours!
Certes, parfois, nos arbres tombent malades et ils sont coupés... mais souvent remplacés. Il faut dire que certaines essences sont malmenées : les marronniers sont souvent victimes de maladie et luttent comme ils peuvent...

Mais dans ma commune, tout n'est pas aussi idyllique. C'est une commune en petite couronne de Paris où le béton peu à peu grignote de beaux arbres... Depuis que je suis arrivée ici, il y en a eu des arbres coupés...Les tilleuls de la cité Arc-En-Ciel, le cèdre de la place de la gare, et peut-être bientôt les arbres de la place Camélinat (ou JC Abrioux, comme vous voudrez, puisqu'elle a été rebaptisé depuis). Dans ces cas, les arbres ont été remplacés par des logements tandis que d'autres sont voués à disparaître pour un parking..
Heureusement, certains se battent pour pouvoir les préserver... et ce de manière la plus intelligente possible pour que le bon sens gagne du terrain.

Bon, j'ai un peu tardé pour vous présenter cette chanson, mais il fallait expliquer le contexte !
Il s'agit donc d'une chanson de Francis Cabrel... je vous laisse (re)découvrir. Je suis plutôt fière de ce choix qui a beaucoup de sens pour moi !


Mais il faut rendre à César... car cette radio des blogueurs ne serait rien sans le grand maître de la radio, Monsieur lolobobo qui tous les ans depuis 2010 compile je ne sais combien de chanson venant de blogs de tous horizons et qui rassemble ! 

Je remets donc ici les règles, au cas où...

La règle du jeu

Si vous êtes sollicité par un ami blogueur (ou simplement si vous n’avez pas d’amis blogueur et que vous souhaitez participer) :
  • Vous choisissez une chanson (ou une musique) d’un artiste connu (ou pas) qui vous a accompagné (ou vous accompagne, ou vous accompagnera) pendant un été.
  • Vous faites un billet de blog dans lequel vous expliquez pourquoi vous avez choisi cette chanson (la petite histoire qui a fait que c’est une chanson qui a marqué votre été, ou le pourquoi vous avez choisi cet artiste ou cette chanson)
  • Vous collez le lien YouTube (ou le player YouTube) vers la chanson en question (pourquoi YouTube ?, parce que c’est plus simple pour la suite)
  • Idéalement vous invitez un ou deux copains blogueurs à partager leur propre chanson estivale (vous pouvez même coller la présente règle du jeu dans votre billet pour les aider)
  • Vous faites un lien vers cette pagehttps://www.fenetres.gen2box.com/2018/06/21/la-radio-des-blogueurs-saison-9/ (ça va m’aider à suivre vos participations) et si vous pouvez faites un tweet aussi en mentionnant @radioblogueurs ou #radioblogueurs2018 .
  • Sinon laissez un commentaire sous ce billet

Pour les copains blogueurs, je crois que je n'ai presque pas besoin de les taguer : certains sont déjà au taquet! Je pense évidemment au pirate local mais aussi au petit bonhomme (qui est loin d'être en mousse!), à Hiéléna qui refait souvent surface au moment de la radio et c'est tant mieux! 
Mais si vous êtes de passage par ici et que vous êtes blogueurs et que vous trépignez pour participer à ce moment rassembleur et rudement chouette... n'attendez pas d'invitation officielle et lancez-vous !



Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 4 juin 2018

VéloTaf

Le 16 mai dernier, j'ai fait ma première "aventure" vélotaf.
Je ne sais plus tellement pourquoi cette idée avait germé dans mon esprit...

J'avais quand même fait germer mon idée plusieurs jours avant de me lancer pour :
- voir si le chemin prévu était correct : je ne suis pas très à l'aise dès qu'il faut partager la route avec les voitures...
- me renseigner auprès de quelques vélotafeurs réguliers pour avoir quelques infos et conseils (coucou @frenchwayfarer)

Certes, mon premier départ fut raté : chambre à air crevée avant de partir, mais je n'ai pas renoncé à essayer.
Puis, vient le grand jour, avec un peu d'appréhension... La plupart de mon chemin est très sympathique : les bords verdoyants du canal de l'Ourcq. Mais la fin de mon parcours est plus urbaine, et je ne suis pas toujours très à l'aise avec la cohabitation, avec la recherche de mon chemin... et la recherche des pistes cyclables.
Mais arrivée à destination : je suis fière de l'avoir fait, malgré un accrochage avec un scooter, pas méchant, mais qui m'a suffisamment fait peur au point de l'insulter haut et fort (mais ça m'a un peu soulagé et déchargé du stress)
Le retour est aussi agréable et la satisfaction d'avoir plutôt bien géré le chemin.

J'ai effectué le tout avec mon fidèle destrier blanc, certes vieux mais toujours opérationnel ! Après investigations avec un collègue (car je n'avais pas de souvenirs de cet achat effectué avec mon père), il date de 1992 ou 1993 :



Bref, j'ai pour l'instant à mon actif 5 aller-retours vélotaf, avec un trajet d'environ 28 km A/R et d'une durée d'environ 50 min et 1h, qui dépendent notamment de ma forme physique pas exceptionnelle, et aussi du vent souvent de face (et sur le retour).

Avec ces 5 aller-retours, j'ai appris plein de choses!

Il y a d'abord les choses sur une meilleure compréhension des usages et partages de la route en tant que cycliste... 
Parmi celles-ci, j'ai compris pourquoi les cyclistes ont tendance à ne pas se caler trop près du trottoir... ce n'est pas pour embêter le monde mais pour avoir une distance et ne pas se faire coincer près du trottoir (heureusement, je n'ai que très peu de partage de route à faire sur mon trajet)
Je suis assez froussarde... ou prudente, au choix, et parfois, je préfère rouler au pas sur un trottoir très large, quitte à descendre de mon vélo.
Je constate aussi le tracé des pistes cyclables parfois difficile à suivre... ou d'une sinuosité incompréhensible qui incite à ne pas la suivre temporairement...

Mais le plus plaisant est la liste de tous les petits bonheurs simples que l'on découvre sur le chemin, et qui me donne envie de faire une liste à la Prévert...
- entendre les doux pépiement des oiseaux au bord du canal
- admirer les graf changeants aux couleurs vives et parfois s'attrister de la disparition de certains. Mais je souris souvent en pensant à toutes cette faune que je croise : un inspecteur gadget, un schtroumpf, un joli visage d'enfant, une baleine bleue disparue depuis dans un océan de couleurs, un barbu graffeur au regard malicieux, Neptune en lettres turquoises, quelques petits poissons et tant d'autres...
- Observer les petites fleurs variées, comme des simples fleurs de trèfles, mais aussi quelques rosiers et des pois de senteurs d'un joli rose fushia... et remarquer des ronces qui donneront sans doute quelques mûres d'ici quelques mois
- Être aidée pour remettre ma chaîne qui avait déraillé
- Apercevoir une tentative d'envol de cerf-volant sur un pont
- Sourire en constatant l'étiquette sur la poche arrière d'un bermuda attestant de sa première sortie au grand air et après une brève hésitation, donner quelques coups de pédales supplémentaire pour avertir son propriétaire tête en l'air...mais pédalant un peu plus vite que moi... (Heureusement,que les feux rouges l'ont ralenti un peu :-) )
- Se dire que je fais du bien pour moi-même et pour les autres: je leur laisse un place supplémentaire dans le RER, et je ne pollue que de ma respiration :-D
- et d'autres surprises qui peuvent arriver par hasard et certainement pas dans un smartphone... :-)




Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 28 mai 2018

Adoptées !

Alors, lundi dernier, c'était brocante...

Si je m'y étais inscrite, c'était pour plusieurs raisons :
- Je voulais voir si ce que je créais pouvais plaire... dans un contexte pas toujours adapté à l'achat de ce genre d'objet
- J'espérais que certaines de mes créations trouveraient des "adoptants" pour qu'elles puissent y vivre une jolie vie ailleurs qu'au fond d'un placard (je ne peux plus tout exposer chez moi !)
- Vivre une expérience de brocante pour la première fois en tenant un stand.

Je ne regrette vraiment rien... même si j'étais vraiment contente que la journée s'achève, car j'étais bien fatiguée...

La journée a commencé vers 7h00 avec l'installation de mon stand :


Pas évident de bien tout mettre afin que chaque création trouve sa place...
A la fin de la journée, 6 sont parties...

Je crois qu'une des premières qui fut partie ce fut le saladier vert à droite sur la photo:



Ensuite, 3 autres sont parties ensemble.
Les 2 petits bols que je ne voulais pas séparer : 


et le soliflore rouge... que j'ai pris rapidement une fois en photo :


Un vase que j'avais fait il y a longtemps, pas parfaitement rond mais avec un très bel émail... et qui, aux dire de l'acheteuse, ira directement en Suisse ! C'est vrai qu'il avait du charme et que j'avais un peu hésité à le vendre... Mais je ne l'utilisais pas.

 

Le plat marbré est parti...  mais c'est un peu moins drôle : une personne l'a pris un peu brusquement et a cassé un coin. J'aurai peut-être dû faire une conception plus solide...

Et enfin, après avoir suscité de nombreux regards, les fruits et légumes sont également partis !


Mais au delà de pièces qui sont parties, je retiens surtout que mes créations ont pu suscité de la curiosité, certaines, comme le plat bleu (voir ci-dessous) ont été manipulés une dizaine de fois!


J'ai eu l'occasion d'échanger avec plusieurs personnes qui trouvaient que certaines pièces ressemblaient un peu au travail de tel ou tel céramiste... (malheureusement, je n'ai pas pris le temps de noter les noms pour aller regarder)

J'étais donc vraiment contente d'avoir fait cette journée. cela m'encourage dans le fait qu'il faut que je réussisse à trouver de l'énergie pour poursuivre mon idée de vendre certaines de mes créations... mais surtout de créer, encore et toujours!


Bref, c'était chouette!


Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 20 mai 2018

Brocante !

Demain est un grand jour...
Si vous avez toujours rêvez de posséder une de mes créations, c'est une occasion unique en son genre! Je serai présente à la brocante d'Aulnay demain et serait ravie que certaines des mes créations trouvent des acquéreurs qui leur permettrait d'avoir une nouvelle et jolie vie !

Donc, si il y a des choses sur http://cer_amy_k.fait-maison.com qui vous avait tenté mais que vous n'aviez pas osé... n'hésitez plus. Il y aura d'ailleurs bien plus que celle exposées sur ma boutique en ligne.
Je serai ravie de vous accueillir voire même d'échanger avec vous si le cœur vous en dit. Promis, je ne mords pas :-)

https://www.aulnay-sous-bois.fr/actualites/brocante-de-printemps-2018/

J'avoue que c'est une grande première pour moi, donc, j'appréhende un peu mais j'espère très sincèrement que certaines de mes créations pourront avoir une meilleure vie qu'au fond d'un placard!
J'imagine déjà des petits bols utilisés pour des apéros, des petits vases pour les pâquerettes ramenées par des jeunes enfants, ou bien un petit vide-poche pour y déposer ses clés en rentrant le soir... ou tout autre utilité ou décoration souhaitée!

Bref, rendez-vous demain à l'emplacement 1333, sur le boulevard de Strasbourg proche du primeur et du Picard...
Et n'hésitez pas à relayer !

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 3 mai 2018

Terre papier... suite

Argh! Je n'arrive pas à trouver le temps pour publier ici... 
Mais je n'oublie pas.

Donc, voici le résultat des créations en faïence-papier...
Beaucoup de choses se sont cassées, voire ont finies en poussière comme les œufs de raie.

Voici donc, les débris de l'étoile en papier que j'ai essayé de reconstitué un petit peu :


Je pensais que je pouvais peut-être utiliser ces débris pour faire de la récup', mais cela ne m'inspire pas trop... et je crains cela ne soit beaucoup trop friable... Donc, ça finira "aux archives".

Une petite vue d'ensemble (hors hérisson) des autres réalisations en faïence papier :



Voici le petit nid fait avec de la ficelle effilochée :



... et toutes les réalisations faites avec des chardons... en réalité, j'avais mis les chardons sur la paroi d'un petit bol, mais cela n'a pas bien tenu et cela a surtout fait de gros amas qui masque la finesse du chardon de départ. On la retrouve un petit peu dans certains bouts mais ce n'est pas très probant, à mon goût.



Il y a aussi quelques branches, mais là aussi elles sont très fragiles, et ça finira donc aussi "aux archives":



Finalement, ce qui m'a le plus plu, c'est ce petit hérisson fait à partir de boîte d’œufs.
Hélàs, il est trop fragile. Mais je vais le garder quand même, le temps que ça pourra durer. Je le trouve rigolo !






Après ces expérimentations, nous avons fait de la porcelaine papier qui a l'avantage d'être beaucoup plus solide après cuisson.
Le week end précédent le cours, j'avais dû faire quelques achats d'ameublement, ce qui m'avait permis de récupérer du carton alvéolé. Je ne savais pas trop ce que j'allais en faire de prime abord, mais j'avais vu quelques essais fait avec cette matière par d'autres personnes lors de nos premiers essais. Après avoir dépouiller le carton (car la partie alvéolée se trouve entre 2 cartons... si, si, vous regarderez mieux la prochaine fois que vous partez en suède, par exemple :-) ), je trouve une jolie forme. J'ai eu la chance de voir d'autres personne tremper ce carton dans la porcelaine papier. Ce n'était pas une bonne option : le carton s'imbibe et devient complètement mou.
Donc... j'ai opté pour faire tout en imbibant le carton à l'aide d'un pinceau, du bas en haut, petit à petit et en séchant la pièce au fur et à mesure.
Comme souvent, c'est une fois que je me suis lancée dans quelque chose que je réalise que c'est loooong... Mais, quand on commence quelque chose, on le finit! De plus, je me dis souvent, que le travail est sans doute long, mais qu'au bout de chemin se trouve généralement une belle satisfaction...

Voici le résultat...









Alors, oui, parfois, ça ne rend pas aussi bien que ce que j'avais imaginé. Je pense que c'est sans doute parce que je n'avais mis assez de porcelaine papier en haut de la pièce. Mais je ne suis pas aussi déçue que ce que je laisse transparaître entre ces lignes...
Mais je vais avoir dû mal à le conserver... car même s'il s'agit de porcelaines, les bords sont fragiles et surtout coupants...

Si j'avais un peu de temps et l'occasion : je recommencerai, mais en mieux :-)


Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 12 février 2018

Terre papier

Après notre réalisation de fruits et légumes... (n'oublions pas d'en manger 5 par jour :-) ), voilà-t-y pas que Laura nous informe que la prochaine fois on fera de la terre papier.
Bon, c'est pas encore maintenant de je ferai du tour...

En réalité, je suis plutôt contente ! J'en avais entendu parler il y a longtemps, mais je n'avais jamais eu l'occasion de tester cela. Elle nous a annoncé cela avant les vacances de la Toussaint en nous indiquant de trouver des petits objets que nous pourrons ensuite tremper dans de la terre papier.
J'étais revenu avec des oeufs de raie trouvée sur les plages de l'île d'Oléron, des chardons secs et une sorte de fleur de bruyère avec une allure d'ombellifère (je ne connais pas son nom)
Plage de l'île d'Oléron à la Toussaint. Grand ciel bleu et la plage pour nous tout seul :-)


Mais au fait, qu'avons nous fait? Dans un premier temps, Laura nous a demandé de faire des essais avec de la "faïence papier". Pour cela, Laura a préparé de la barbotine de faïence, c'est-à-dire de la faïence liquide, à laquelle a été ajouté un peu de papier toilette découpé en morceau (il en faut environ 10% si ma mémoire est bonne). On mélange le tout bien avec un malaxeur pour bricolage, pour obtenir une pâte du genre "pâte à crêpes" la plus homogène possible.
Ce qu'il faut comprendre, c'est que la pâte à papier va agir tel le fer à béton pour le béton armé : elle va être plus solide.

Reste donc à plonger nos objets dans cette pâte visqueuse et épaisse... et faire ressortir en nous le meilleur de Mimi Cracra...



J'avoue je me suis dit au départ... Fastoche, on trempe les objets, on les ressort, et "hop" ça fera des chocapics pièces originales!
Pas du tout. Premièrement cela dépend de la matière utilisée pour tremper dans la barbotine. Je rappelle que comme l'objet ainsi trempé passera au four, il faut que ce dernier puisse brûler sans trop de problème (autrement dit, on oublie le plastique, par exemple).

Donc, mon premier objet était l’œuf de raie. Il ressemblait à peut près à ça :
Son problème c'est qu'avec l'humidité de la barbotine, il se déforme...


On ne voit peut-être pas bien, mais la terre se craquelle légèrement sur la photo

Mon deuxième objet et mon troisième objet : les chardons et ma fleur séchées de "je-ne-sais-quoi"...
Ces deux végétaux étaient bien secs... donc fragiles supportant difficilement le poids de la pâte.

ça ne se voit peut-être pas, mais il s'agit des chardons.





J'ai également essayé avec du papier un peu épais... mais là aussi sous le poids, cela a tendance à s’affaisser.

 Enfin, mon dernier essai s'est effectué à partir de boite d'oeufs et de bouts de papier. Je crois bien que c'est mon préféré !

Il s'agit donc d'un petit hérisson bien piquant !

Tous ces essais en faïence sont donc partis au four!
La faïence cuit à basse température, soit environ 980°C, et au final, la matière est beaucoup plus fragile. Au final, toutes mes réalisations sont fragiles et friables, seul le hérisson tient à peu près la route... Mais c'est tellement friable, que je n'ai encore rien ramené chez moi alors que ça a dû sortir du four début décembre...
Donc... pas de photo 

Mais mais... Nous avons après effectué ce même type de réalisation mais avec de la porcelaine : matière qui cuit à haute température et beaucoup plus solide après cuisson... et là... bah, je vous raconterai une autre fois ! ;-)








Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 1 février 2018

Des poires, des pommes et des... courgettes !

Lors de mon premier cours à l'EACM en octobre dernier, ce fut également le premier cours avec notre nouvelle prof, Laura.
Comme nous ne nous connaissions pas, elle nous a demandé de nous présenter de savoir si cela faisait longtemps ou pas que nous faisions de la céramique. Elle a également souhaité savoir si nous avions des préférences dans ce que nous réalisions en céramique.
Je vous passe les détails de ce que j'ai pu raconter... J'ai juste préciser que j'aimais bien tourner pour faire des réalisations.

Bref, après un petit tour de table avec tous les participants, elle nous a demander de faire en modelage la réalisation de fruit et légumes. Des modèles étaient d'ailleurs sur place. J'avoue que cela m'a un peu décontenancé, d'autant plus que je rêvais que d'une chose : retoucher au tour et de réaliser des pièces tournées. J'ai même essayer de "négocier" de réaliser une pomme au tour... Mais non, je n'ai pu échapper à cette étape.
Donc, l'objectif était donc de réaliser des fruit ou légume en prenant modèle sur ce qui était à l'atelier à savoir : citron, pomme, poire ou courgette.

J'ai fini par réaliser une pomme, puis une poire et enfin une courgette... Je suis tête de mule, mais pas trop non plus : je sais m'adapter :-)
Ces réalisations ont été faites au départ dans la masse. Il s'agit donc de modeler les formes dans une masse de terre. Une fois la forme obtenue, il s'agit de l'évider... eh oui ! Car une masse de terre trop importante peut éclater à la cuisson... L'opération consiste donc à couper le sujet, évider l'intérieur et ressouder le tout sans oublier un petit orifice pour permettre à l'air de l'intérieur de s'échapper lors de la cuisson. Pour résumer, c'est la même technique que ce que j'avais fait pour l'ours brun.
Bon, je ne vous cache pas que lorsque j'ai fait ces trois objets je me suis dit "allez, hop, je fais ça vite et bien, et après on pourra passer à autre chose...
Sauf que Laura... et bien, c'est une filoute... Elle ne nous avait pas tout dit!
Après, elle nous a dit la semaine suivante : "Maintenant à vous d'imaginer un support pour poser vos fruits et légumes. Et il y aura une contrainte : pour la couleur et l'émaillage de vos pièce il faudra que ce soit traité avec un même motif ou une même couleur, pas de façon réaliste.
Vous imaginez bien que j'étais un peu ronchon : je pensais pouvoir finir la chose et passer à autre chose... la seule lumière c'est que je pouvait faire le support au tour... Sauf que ce jour-là, ça ne c'est pas passé exactement comme j'avais imaginé... 
Mais comme je voulais toujours finir rapidement ce machin (je suis aussi un peu têtue parfois), j'ai déformé mon pot fait au tour et je l'ai déformé... ça fait limite pensé aux montres molles de Dali...

Enfin, j'ai fait un motif et une couleur identique pour tout ce petit monde...
Et j'aurai pu mieux faire et m'appliquer mieux... mais comme je vous le dis... je suis parfois un peu têtue. C'est sans doute aussi pour cela qu'il n'y a aucune photo intermédiaire... et que vous trouverez assez facilement les défaut et le manque d'application...
Et donc, au final, mes premières pièces sorties de l'atelier cette année ressemblent à ça :



Mais rien n'est collé! donc, on peut aussi composer comme cela :





Rendez-vous sur Hellocoton !