lundi 12 février 2018

Terre papier

Après notre réalisation de fruits et légumes... (n'oublions pas d'en manger 5 par jour :-) ), voilà-t-y pas que Laura nous informe que la prochaine fois on fera de la terre papier.
Bon, c'est pas encore maintenant de je ferai du tour...

En réalité, je suis plutôt contente ! J'en avais entendu parler il y a longtemps, mais je n'avais jamais eu l'occasion de tester cela. Elle nous a annoncé cela avant les vacances de la Toussaint en nous indiquant de trouver des petits objets que nous pourrons ensuite tremper dans de la terre papier.
J'étais revenu avec des oeufs de raie trouvée sur les plages de l'île d'Oléron, des chardons secs et une sorte de fleur de bruyère avec une allure d'ombellifère (je ne connais pas son nom)
Plage de l'île d'Oléron à la Toussaint. Grand ciel bleu et la plage pour nous tout seul :-)


Mais au fait, qu'avons nous fait? Dans un premier temps, Laura nous a demandé de faire des essais avec de la "faïence papier". Pour cela, Laura a préparé de la barbotine de faïence, c'est-à-dire de la faïence liquide, à laquelle a été ajouté un peu de papier toilette découpé en morceau (il en faut environ 10% si ma mémoire est bonne). On mélange le tout bien avec un malaxeur pour bricolage, pour obtenir une pâte du genre "pâte à crêpes" la plus homogène possible.
Ce qu'il faut comprendre, c'est que la pâte à papier va agir tel le fer à béton pour le béton armé : elle va être plus solide.

Reste donc à plonger nos objets dans cette pâte visqueuse et épaisse... et faire ressortir en nous le meilleur de Mimi Cracra...



J'avoue je me suis dit au départ... Fastoche, on trempe les objets, on les ressort, et "hop" ça fera des chocapics pièces originales!
Pas du tout. Premièrement cela dépend de la matière utilisée pour tremper dans la barbotine. Je rappelle que comme l'objet ainsi trempé passera au four, il faut que ce dernier puisse brûler sans trop de problème (autrement dit, on oublie le plastique, par exemple).

Donc, mon premier objet était l’œuf de raie. Il ressemblait à peut près à ça :
Son problème c'est qu'avec l'humidité de la barbotine, il se déforme...


On ne voit peut-être pas bien, mais la terre se craquelle légèrement sur la photo

Mon deuxième objet et mon troisième objet : les chardons et ma fleur séchées de "je-ne-sais-quoi"...
Ces deux végétaux étaient bien secs... donc fragiles supportant difficilement le poids de la pâte.

ça ne se voit peut-être pas, mais il s'agit des chardons.





J'ai également essayé avec du papier un peu épais... mais là aussi sous le poids, cela a tendance à s’affaisser.

 Enfin, mon dernier essai s'est effectué à partir de boite d'oeufs et de bouts de papier. Je crois bien que c'est mon préféré !

Il s'agit donc d'un petit hérisson bien piquant !

Tous ces essais en faïence sont donc partis au four!
La faïence cuit à basse température, soit environ 980°C, et au final, la matière est beaucoup plus fragile. Au final, toutes mes réalisations sont fragiles et friables, seul le hérisson tient à peu près la route... Mais c'est tellement friable, que je n'ai encore rien ramené chez moi alors que ça a dû sortir du four début décembre...
Donc... pas de photo 

Mais mais... Nous avons après effectué ce même type de réalisation mais avec de la porcelaine : matière qui cuit à haute température et beaucoup plus solide après cuisson... et là... bah, je vous raconterai une autre fois ! ;-)








Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour papoter un peu, petits conseils :
1. Saisissez votre message
2. Si vous hésitez, choisissez l'option Nom/URL (URL facultative, bien entendu)
3. Merci !
NB: pour parer les quelques spams que j'ai ici, je modère systématiquement les commentaires sur les publications de plus de 7 jours...