dimanche 23 novembre 2014

"Ma" LNA

Il y a déjà un moment, P'tit Louis parlait de pétrolette et de vieux engins... mais surtout de bons souvenirs !

Je me suis alors rappelée aux détours de commentaires que j'avais dit que je parlerai de "ma" LNA. Déjà, certains se demanderont de quoi je cause... Je parle de ma première voiture, une Citroën, une petite sœur de la Peugeot 104, mais pas n'importe quelle LNA...

Avant d'avoir ma LNA, il faut dire qu'elle avait déjà toute une histoire à son actif !
Ce fut la voiture de ma Grand-Mère. Mes grands-parents avaient acheté cette voiture pour des trajets citadins. Ma Grand-Mère a choisi la couleur, sa préférée : le vert. Parmi les options possibles, ils ont préféré prendre l'essuie-glace arrière à l'auto-radio. Enfin, ma Grand-Mère y avait ajouté le macaron de Roscoff où ils allaient régulièrement.
J'avoue que je ne me souviens plus si mes grands-parents voulaient changer de voiture pour des raisons de confort où si ce fut un bon prétexte pour me proposer d'acheter pour un euro symbolique la LNA... Ils achetèrent une petite C3 bleue ciel, et me cédèrent leur LNA.

2003


A cette époque, je faisais mes études à Grenoble, et la LNA était en région parisienne. Je ne sais plus trop pourquoi non plus, mais il fut décidé que, pour me rejoindre, la LNA prenne le train. Si, si. Donc, elle pris sa place au départ de la gare de Bercy, si mes souvenirs sont bons. Le truc, c'est qu'une voiture ne peut pas "voyager toute seule". Je m'explique : lorsqu’on prend un billet de train pour une voiture, il faut aussi prendre un billet passager. Ma moitié, fut donc chargée d'accompagner la voiture, en prenant place dans un TGV et avec les papiers de la LNA, direction Lyon. J'ai rejoint tout ce beau petit monde à Lyon, en prenant le TER depuis Grenoble. Toute une expédition ! Le petit bout de route restant, de Lyon à Grenoble, je l'ai fait en la conduisant... J'avoue que j’appréhendais un peu... c'était tout de même mes premiers pas depuis l'obtention de mon permis.

Ensuite, elle m'a accompagné au quotidien durant mes 3 années d'études à Grenoble. Fini le bus pour aller à mes cours, bonheur de faire ses courses avec un coffre, et bonjour les matinées hivernales où le dégivrage s'effectuait à l'aide d'une bombe. En effet, avec la voiture, mes grands-parents m'avait offert des petites choses bien utiles : une bombe de dégivrage, une petite trousse avec quelques outils Facom (au cas où) et un petit manomètre compact pour vérifier de temps à autre la pression des pneus. D'ailleurs, j'avais aussi eu le droit à un petit guide pour me montrer où vérifier les niveaux d'huile et de lave-glace, et où trouver le cric et la roue de secours... on ne sait jamais. Les sièges conducteurs et passager avaient aussi été interchangés pour que je puisse conduire plus confortablement. Je ne saurais dire si c'est moi ou la LNA qui furent le plus chouchoutés :-).

Je l'aimais bien ma LNA!!!

Il y a des petites choses au début qui étaient drôles : les clignotants étaient à droite du volant, et les essuies-glace à gauche. Vous regarderez, mais dans les voitures actuelles c'est l'inverse... Du coup, au début, régulièrement, au lieu de mettre mon clignotant, c'était l’essuie-glace qui passait devant mes yeux!
Je disais régulièrement, que je n'avais pas la radio, mais j'avais quand même "moteur FM" intégré : en effet, dès qu'on roulait un peu vite, on entendais bien le moteur et la route !
Et je ne vous parle pas de son rayon de braquage exceptionnel! Du pur bonheur pour accéder aux petites places en créneau ! Les pneus étaient beaucoup moins large que ceux actuels, et j'avais l'impression de pouvoir les mettre quasiment à 90°. Bon, ok, il n'y avait pas de direction assistée... on ne peut pas tout avoir. A vrai dire, je ne pense pas que cela m'ait réellement manqué.
C'est aussi avec elle, que je fis mes premiers pas chez le garagiste. J'avais pourtant bien révisé pour ne pas paraître naïve. En effet, le cardan avant droit était percé et il fallait le changé. Mais je n'avais pas prévu que l'indication tarifaire qu'il m'avait donné était en H.T... Quelle ne fut pas ma surprise quand je l'ai récupéré... d'autant plus quand on est étudiante...
Je pourrais aussi vous parler de la fois, où j'ai un peu pataugé pour faire fonctionner le désembuage... et qu'en reculant, le pare-choc arrière rencontrât un poteau de parking... Heureusement que sur cette voiture, le pare-choc est en feraille, et qu'ainsi mon grand-oncle avait pu m'aider pour la redresser.
Mes copains et copines aimaient aussi ma "LNA" ... et c'est ainsi qu'elle a fait quelques allers/retours à Chamrousse. Imaginez la petite LNA, avec 4 personnes à bord, le coffre avec les chaussures de ski, et les skis sur le toit! Evidemment, il était quasi impossible de passer la 3ème... 
Et dans la dernière année... le super (sous entendu avec plomb) n'était plus disponible en station service. Il a donc fallu que j'achète un additif spécial à ajouter à l'essence. A partir de ce moment, ma voiture est passée dans la catégorie "voiture de collection". Si,si : c'est exactement ce qu'il était écrit sur l'additif que j'achetais ! (entre autres choses, bien sûr)

Une fois mes études finies, je suis rentrée à Paris avec la voiture, sur la route, avec mon amoureux et le coffre plein rempli. Je me souviens avoir jeté un dernier coup d’œil émus à cet horizon si particulier de Grenoble empli de montagnes où que votre regard se pose : une nouvelle page se tournait. N'ayant plus besoin de la petite LNA, car j'utilisais plus les transports en commun et que ma Moitié avait aussi une super 5 qui fonctionnait aussi très bien, elle retourna vers son tout premier lieu de villégiature. Je ne pouvais me résoudre à la vendre, de peur qu'elle finisse sa vie à la casse ou autre... J'ai bien essayé de voir si un de mes cousins n'aurait pas été intéressé pour qu'elle reste dans la famille...

Finalement, non, mais elle a trouvé une nouvelle place dans une joli foyer! En effet, désormais, elle séjourne dans une famille où loge déjà plusieurs Citroën DS et plusieurs 2 CV... en bref, dans une famille de passionnés!
J'ai déjà eu quelques nouvelles : ses enjoliveurs on été rénovés et son désormais rutilants, comme neuf! De temps en temps elle sort pour des rencontres avec des copines. Bref, une belle vie pour cette LNA qui a rendu maints et loyaux services !

Tiens, j'en profite pour lui faire une bise, car je suis sûre qu'elle me lit de temps à autre! :-)
Rendez-vous sur Hellocoton !

19 commentaires:

  1. J'en ai eu une aussi ! Une 11E... Elle n'a pas fini comme la tienne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a fallu que je regarde ce qu'était une 11E...
      Elle ne fut sans doute pas la seule à finir comme la tienne...
      Elle a eu de la chance, la mienne...

      Supprimer
    2. Je ne sais pas comment elle a fini, il a bien fallu que je la vende pour en acheter une plus grande...

      C'est quoi de la chance pour une voiture. La mienne en a eu ! Elle a été aimée, comme la tienne, comme toute première voiture...

      Supprimer
    3. Ah! J'ai cru qu'elle avait été à la casse!
      Tu as raison, la place de première voiture, est toujours une place spéciale qui laisse sûrement un peu plus de souvenirs que les autres voitures...

      Supprimer
  2. Une voiture ? Mais pour quoi faire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'expliquerai un jour... :-)

      Supprimer
    2. cette plume n'est elle pas celle de Maître PJ ?

      Supprimer
    3. Ah bah, tiens, maintenant, il va falloir que je reconnaisse 2 anonyme, c'est malin.
      Oui, le premier c'est bien lui, et je suppose que je pourrais appelé le 2ème Ro², non?

      Supprimer
    4. bonne réponse de l'amiral. c'est bien ro². je suis content d'avoir reconnu le ton sarcastique de PJ... :)

      Supprimer
  3. Ha voila donc l'histoire de la fameuse Hélène qui comme Ulysse a fait un bô voyage, heu LNA , je me trompe à chaque fois :.)).
    En tous cas elle est assez fière avec ses montagnes au fond. Quand même ^-^...
    Merki pour le lien,
    Mais moi aussi je pense souvent à ma première voiture. et tout ce qui va avec
    ah ! la la ce Novembre qui ressemble à Septembre n'arrange pas l'affaire et le retour des vagues de nostalgies.
    Bonne semaine en Woiture, heureuse dispensée de cette lénifiant RERB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà... depuis le temps qu'il fallait que je narre son fabuleux destin :-)

      Toutes les "premières" sont mémorables, je crois...

      Bonne semaine à toi en RER, qui l'avantage (petit, certes, mais avantage tout de même) de pouvoir lire et écrire :-)

      Supprimer
    2. bon je recommence mon commentaire, y a eu un cahot. je l'ai perdu. greuuuu.
      donc je disais oui c'est un petit avantage, que je vais mettre en avant dès ce soir, ce matin impossible, j'ai Papoté sciatiques et nouveaux panneaux de pub inutiles, avec un blogueur du coin. c'est un avantage en plus le papotage du RERB. l'échange c'est important :.)

      Supprimer
    3. C'est sûr, que c'est plus facile de faire des rencontres dans le RER que dans sa voiture toute seule...

      Bon, je n'ai rien lu de toi récemment, mais j'imagine que Chibi Totoro relis et donne son feu vert avant publication :-)

      Supprimer
    4. Bon oki. Mais je suis bougon. Comme chibi qui regarde vers l'ouest...

      Supprimer
  4. En relisant ton billet, je viens de me souvenir que j'ai eu aussi une super cinq.
    Elle est décédé subitement un soir dans le parking souterrain au boulot.
    Je n'avais jamais vu un aussi énorme poteau en béton se déplacer aussi vite....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lol...
      Je ne sais pas si je dois aussi confier, que j'avais mal enclenché la marche arrière sur la super 5... mais comme je pensais qu'elle y était... "CRAAAAC" : le pare-choc avant a mangé la souche d'arbre juste devant...
      Mais ça a fait moins de mal que ton poteau vicieux.

      Supprimer
  5. Bonjour Amélie...
    voici le journal de ces dernières années...
    Ma famille d'accueil m'a bien utilisée surtout pour toutes les situations où il faut pouvoir se garer dans un mouchoir de poche avec un rayon de braquage imbattable.
    Les enfants ont ensuite grandis et est arrivé le temps de la conduite accompagnée surtout pour les deux grands qui détestaient conduire le gros monospace.
    C'est finalement Rémi qui a monopolisé mes services une fois qu'il a pu me coller un gros A au haillon. Je lui permettais de se propulser jusqu'au parking près de la gare et, du dimanche soir au samedi, j'attendais sagement son retour de Paris et les sorties du week-end. Je lui ai parfois fait le coup du carbu capricieux ou de la batterie dégonflée mais il y avait toujours un mécano de la maison pour venir le dépanner (généralement je m'arrangeais pour redémarrer juste avant qu'ils arrivent... je leur ai même fait acheter une barre de remorquage... pour rien)
    Les garçons ont commencer à me refaire une petite cure de jeunesse, du polish, mes sièges étaient fatiguées, ils ont mis des housses noires et rouges racing et un protège volant en cuir noir et rouge racing aussi!
    Puis, après toutes ces années, est arrivée la nouvelle grande aventure de ma vie, après Grenoble ça été Toulouse... pas de train cette fois-ci: tout le trajet d'une traite. Pour l'occasion j'ai été révisée de fond en comble comme chaque année dans la maison du Loir et Cher , j'ai eu une tablette arrière en bois sur mesure, peinte en noire mat et... la stéréo, autoradio lecteur de CD s'il te plait! Avec un niveau sonore qui envoie du pâté parce que le bi-cylindre, sur l'autoroute...!!!
    Je suis allée voir une dernière fois mes amies "young timers" avec Charlie la Deudeuche (que tu connais bien) au meeting du 15 Août de Marçon et retour en région parisienne pour un ultime chargement car la CX break n'avait pas pu tout emporter à Toulouse au premier voyage.
    Rémi était un peu tendu, c'était son premier gros voyage, alors il avait invité un ami, c'était plus sympa, tout était bourré jusqu'au plafond, au dessus il y avait 2 mini sapins de Noël pour mettre à la cave ... en attendant Noël.
    Rémi avait trouvé un appartement avec un parking rien que pour moi avec un code.
    La route a été commencée par la nationale, c'était bien long, alors on est passé sur l'autoroute. Une fois arrivée j'étais en pleine forme, Rémi lui était un peu plus sourd qu'avant.
    Par la suite il m'a emmené découvrir la mer, je suis allée en Andorre, je lui ai fait ses courses et il m'emmenait à ses entraînements de basket.(à suivre)

    RépondreSupprimer
  6. ...(suite)
    J'ai fini par lui faire quelques grosses blagues, l'autoradio a mis sa batterie complètement à plat, un jour le câble d'accélérateur s'est même bloqué dans un rond point et il a eu très peur...
    L'été est arrivé, et vu les quelques blagues mécaniques, il m'a ramené en région parisienne pour faire des démontages et des vérifications. Hélas, sur le chemin du retour, je lui ai vraiment fait peur, mon câble s'est encore bloqué, mais comme il y avait un tas de petites choses qui n'allaient plus, avec la vitesse élevée maintenue trop longtemps sur l'autoroute, le disque de ma roue avant gauche a beaucoup trop chauffée, du coup le liquide de frein aussi et quand nous sommes arrivés au péage, plus de frein, pas de frein moteur car le câble d'accélérateur était bloqué, il a fort bien géré l'urgence au frein à main. Ne voulant pas paraître "mécano du dimanche" , il m'a fièrement ramenée comme ça au lieu d'appeler au secours...au frein à main, et un peu avec les frein normaux puisque le tout commençait à refroidir.
    Tu l'auras compris, quand Rémi est arrivé il était parfaitement assorti à ma carrosserie, tout vert. Sa maman aussi d'ailleurs, les mécanos de la famille disaient que tout pouvaient s'arranger... ça s'arrange toujours!
    Seulement Voisins le Bretonneux-Toulouse ça fait 650 km et mes petits poumons préfèrent les petits trajets... Rémi a donc repris son protège volant en cuir et il a trouvé une autre Citroën pour pouvoir faire de la route (il l'a baptisée Xsara Connor), mais moi j'étais SA "Léni".
    J'avais très peur de me retrouver dans la rue sous la pluie, avec personne pour me faire rouler.
    Il y avait bien Bastien, mais lui il avait presque fini de retaper ma jumelle, une 104, ma famille ne voulait pas me laisser à l'abandon, à rouiller toute seule. Une voiture, il faut la faire rouler, et pas question de me mettre à la poubelle ni de me mettre en pièces...
    C'est donc un copain qui aime les bi-cylindres (c'est lui qui a équipé Charlie avec un allumage électronique fait maison) qui m'a adoptée et soignée et maintenant j'habite à Versailles depuis quelques semaines. Je crois que je lui rends bien service à Bernard, Bastien m'a vu rouler dans la rue l'autre jour, mais Bernard ne l'a pas reconnu avec son casque de moto, moi si!
    En avant pour de nouvelles z'aventures, à bientôt...
    je t'embrasse
    LNA (alias Léni)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Whaouh! Tu en as vécu des aventures!!! En te lisant, j'ai vraiment eu peur pour toi. C'est vrai que tu es plus une citadine qu'une grande routière. Et en effet, les petites places de parking, ça te connait. A Grenoble, aussi, te souviens-tu, c'était hyper pratique!

      J'aurai bien voulu voir ton accoutrement avec les housses noires et rouges... ça devait en jeter!
      A Versailles, tu dois bien t'amuser aussi, et découvrir aussi les routes pavées: tu verras, c'est rigolo.

      Merci de m'avoir donné de tes nouvelles, cela m'a fait vraiment très très plaisir. Tu reviens quand tu veux pour m'en donner d'autres (si tu peux, car je me doute que tu es quand même pas mal occupé avec ton nouveau propriétaire)

      Biz

      Supprimer

Pour papoter un peu, petits conseils :
1. Saisissez votre message
2. Si vous hésitez, choisissez l'option Nom/URL (URL facultative, bien entendu)
3. Merci !
NB: pour parer les quelques spams que j'ai ici, je modère systématiquement les commentaires sur les publications de plus de 7 jours...