lundi 2 décembre 2013

Mes gros cailloux (bis)

Préambule
Ce billet a mis beaucoup de temps avant de se poser sur le papier. Il m'a fallu quelques brouillons, et beaucoup de ruminations intérieures. J'ai beaucoup hésité, mais au fond, j'avais besoin d'exprimer ce que je ressentais et d'avoir un possible retour sur ce que je vais vous raconter.

(un gros caillou comme un autre... ou presque)
Let's read!
C'est un peu de moi, de mon histoire, de mes interrogations... et de mes agacements. Mais pour mieux expliquer cela, il faut que je remonte un peu le temps.
J'ai un "parcours géographique" que certains journaleux pourraient qualifier d'atypique. J'ai passé une bonne partie de mon enfance dans la banlieue Ouest de l'Ile de France, dans une ville sans grosses difficultés affichées. J'ai eu également la chance d'être bien entourée pour ma scolarité et il est vrai que j'ai fait de bonnes études, dues à de nombreux facteurs le facilitant et le permettant (je ne néglige évidemment pas mon fort QI, bien sûr :-) )
Puis, je suis tombée amoureuse d'un homme qui habitait le 93. J'avoue que je ne me souviens pas forcément bien, mais sans doute que j'ai eu quelques appréhensions à venir le voir dans le "neuf-trois" au tout début. Mais la jeunesse et les émois amoureux des premiers instants font vite oublier les images colportés sur ce département. Puis, Il est devenu ma Moitié et nous avons décidé de partir en quête de notre nid douillet. Pour cela, (et pour tout ce genre de choses), nous sommes hyper méthodiques : tableau Excel, comparaison... tout y passe! Nous avions nos critères importants : budget, type de bien, éloignement de Paris... ce dernier critère était d'autant plus important, qu'à l'époque, j'avais un boulot où j'étais susceptible d'aller un peu n'importe où en Ile de France. Bref, nous sommes désormais Aulnaysiens, toujours dans le 93.
Cela fait un peu plus de 7 ans que nous y sommes. Outre notre petit nid douillet, et les heureux événements de la vie qui viennent remplir une maisonnée, j'y ai trouvé des voisins hyper sympathiques, aimables et serviables! Puis, je me suis lancée dans l'aventure d'un blog, et j'ai découvert d'autres horizons aulnaysiens (entre autres!)
...
Sauf que. Oui, sauf que. Désormais mon boulot est à 1h30 en moyenne de chez moi ( 1h15 si tout se goupille bien). Ce fut un peu le hasard qui me mena dans cette entreprise, puis ce fut un choix d'y rester. Je ne me plaignais guère de mon temps de transport. La contrepartie, c'est que j'avais un joli nid douillet qui m'attendait. Mais avec le temps, avec les enfants qui changent les centres de gravité des importances, tout ce temps finit par me peser. C'est mon gros caillou. Trois solutions s'offrent à moi : changer de boîte, changer de domicile, ou m'endurcir à supporter ce temps de transport. Je n'ai toujours pas de réponse. Mais je m'aperçois que j'aurais dû mal à quitter où je réside. Les prix de l'immobilier dans l'Ouest parisiens sont plus cher et plus loin de Paris. J'ose aussi croire (peut-être à tort) que les déménagements des gros sièges tel que SFR, Orange, BNP, SNCF en Seine-Saint-Denis vont arriver à faire changer la donne de la répartition de l'emploi en Ile de France. Je me dis parfois, que déménager maintenant, c'est peut-être risquer de le regretter plus tard. Je vous avouerai également que j'ai appris récemment que ma boîte pouvait déménager dans les 2 à 3 ans à venir... alors pourquoi changer de domicile?
Outre ses considérations d'employabilité, il y a aussi l'épineuse question moult fois ressassée par mes parents de la scolarité des enfants. Peut-être un peu plus soulevée par ma mère, prof dans le secondaire. Et là, ça devient compliqué... et je suis bien placée pour savoir qu'entre les rumeurs et la réalité, il y a parfois un gouffre. Je sais bien que tous les parents veulent le meilleur pour leurs enfants et leurs petits-enfants. J'ai conscience que c'est ce qui dicte les paroles de ma mère. Mais le dire en prenant pour vérité des statistiques de réussite uniquement... Sachant qu'on peut faire dire à peu près tout ce qu'on veut aux chiffres... ça m'agace. Mais le dire, en dénonçant l'ensemble des établissements scolaire du 93 et en oubliant que les mauvais lycées et collèges se comptent aussi dans le 78 ou le 95 ou autre... ça m'agace. Tout comme oublier que les Mureaux (78), Trappes (78), ou Sarcelles (95) sont aussi des villes avec une réputation "craignos" mais qui ne sont pas dans le 93! Mais je suis aussi un peu influençable et ça me fait parfois aussi douter. Mais pour le moment, tout se passe bien pour mon grand. Oui, je doute. Et si, un jour, je vois que ça ne se passe pas aussi bien? Je regretterais de ne pas avoir écouté, je réagirais trop tard? Mais bon, l'important, c'est aussi d'être là, pour lui, pour eux. Oui, mais avec mon rythme de folle, est-ce que je serai assez présente? Faudrait-il accepter un boulot moins intéressant plus près de chez moi, ou tout du moins, oser changer (sachant que l'on sait toujours ce que l'on perd...)?

Comme je vous le disais, j'ai beaucoup de questions, sans vraiment de réponses... Aujourd'hui, je me dis que je vais peut-être attendre de savoir si ma boîte déménage, et surtout où. Mais je suis un peu girouette ces derniers temps. On verra. Une chose est sûre, et je voulais l'écrire et le dire bien fort : si je suis amenée à déménager, ce sera peut-être pour fuir l'Ile de France, ou bien pour me rapprocher de mon lieu de travail, mais, pour le moment, ce ne sera certainement pas pour fuir le tout petit bout de 93 que je connais et que j'apprécie, loin des clichés que les journaleux exposent.

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. Ne pas faire d'angélisme : le 93 ne se résume pas aux gros clichés que les uns, les autres et souvent nous-même faisons de ce département. Il me suffit d'en discuter avec nos familles venues nous rendre visite pour comprendre que les idées préconçues peuvent être facilement battues en brèche.
    Il suffit aussi de discuter avec cette amie prof de collège dans un département rural pour se rendre compte que l'école n'est pas toujours belle, même ici.
    Si ta vie est épanouie, tout sera plus facile. Je ne sais pas ou tes réflexions te conduiront, mais j'attendrai ici le résultat de celles-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu un doute quand j'ai lu tes premiers mots "ne pas faire d'angélisme" Je ne voulais pas non plus dire que tout est rose dans notre département, mais que c'est nettement moins gris et noir que ce qu'on veut bien nous montrer. C'est bien ce que tu voulais dire aussi ?

      En tout cas, merci de ton passage ici ! Ton petit mot me touche.
      Je ne sais pas où mes réflexions me mèneront. Je t'avouerai, que ces derniers temps, je les ai un peu mises de côté, car cela me prenait largement trop d'espace cerveau... bien que parfois cela ressurgit d'un coup, au détour d'un problème de RER B ou A (plutôt à égalité ces derniers temps)
      Mais sûrement que j'en reparlerai un jour ou l'autre !

      Supprimer
  2. Quelle idée d'aller pécho un mec du neuf trois .
    Remarque je te comprend a Trappes et dans tout le 78 c'est pas des modèles aussi tops ;)
    Bon pour la durée du transport je sais pas comment tu fait.
    Bien que je sois bien moins loin du taf, presque tout les jours que je sèche mes trois quart d'heures supplémentaires dans notre foutu BPlus, je maudit comme Jacques de Molay l'élu de la région qui me vantait il y a quatre ans les bienfaits de l'omnibus et de la solidarité avec les autres villes.
    on a toujours qu'un tunnel, zozo.
    Bon concernant les enfants on a tous le même réflexe par ici.
    Si le paysage et les bahuts peuvent avoir une influence, dans tous les cas l'éducation des parents, le fil, reste primordial.
    Et ceux, ou que ce soit que tu crèches.
    Mes mousses un peu plus grands ne voudraient pour rien au monde déménager, contrairement au bosco qui rêve d'ailleurs plus faciles, mais je me demande bien ou .
    Donc si tu dois bouger fait le tant que les tiens sont minos.
    Voilà .
    Au moins si tu part ouvrir tes fenêtres face au goûter, tu sera toujours une ambassadrice d'honneur pour démonter tout ces mythos qui bavent sur le 93.
    J'arrête... j'arrive GDN , je posterai plus tard je dois relire mes fameuses fautes , ha ha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, quelle idée, hein!
      Mais il bossait dans le 78 où je l'ai rencontré, ceci explique peut être cela :-)

      Pour la durée de transport, je t'avouerai que parfois, je me demande aussi comment je fais...
      Et je suis comme toi, en ce moment... pas un seul jour sans que je me dise : "c'était mieux pendant la période de sondage, c'est-à-dire en septembre"
      Et tu as bien raison, pour le fil, mais justement, parfois, je crains que le temps que je perds, c'est peut être celui qui risque de me faire perdre ce fil.

      Pour le déménagement, je n'y avais pas pensé mais tu as bien raison: j'ai bien déménagé 4 fois avant mes 10 ans, et cela ne m'a pas traumatisée... peut-être en aurait-il été différent plus tard.

      Ouvrir mes fenêtres sur le goûter (d'ailleurs, sur la photo, c'est pas l'aiguille du goûter mais celle du midi, mais bon, on n'est pas à quelques heures près) ?! Oui, ça serait la classe! Mais il y a de fortes probabilités pour que cela reste celles sur le goûter à manger...
      Mais, sait-on jamais, les chiffres et les stats sont parfois là UNIQUEMENT pour nous faire mentir ... :-)

      Supprimer

Pour papoter un peu, petits conseils :
1. Saisissez votre message
2. Si vous hésitez, choisissez l'option Nom/URL (URL facultative, bien entendu)
3. Merci !
NB: pour parer les quelques spams que j'ai ici, je modère systématiquement les commentaires sur les publications de plus de 7 jours...